Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Lions de Menilmontant
  • : Le site du club mythique de l'est parisien
  • Contact

Recherche

Les Matchs

24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 12:01

Lions c/ Boissy 0 à 0

 

Pour la première journée du championnat, face à une équipe de Boissy bien organisée,  les Lions après un début de match laborieux, ont montré de belles choses pour revenir dans la partie et auraient pu l’emporter en seconde mi-temps avec un peu plus de lucidité devant le but…

 

En ce lundi 21 septembre 2009, une nouvelle saison débute pour les Lions.

 

Mais cette reprise a failli être reportée car, à la surprise des locataires de la porte de Montreuil, un autre match avait déjà été prévu par la Ligue sur leur terrain habituel Maryse Hilz.

 

Après d’âpres négociations avec le gardien du stade et l’équipe « recevante », Les Lions faisaient valoir l’ancienneté de leur occupation du terrain depuis trois saisons pour obtenir gain de cause et expulser, sans indemnité, les squatteurs.

 

Le match pouvait enfin démarrer avec quelques minutes de retard.

 

Pour ces débuts, l’adversaire est de choix. Ce sont des retrouvailles. Lors de la dernière confrontation entre les deux clubs en novembre 2007, Boissy l’avait emporté 3 à 1 face à des Lions décimés par les blessures.

 

D’entrée de match, les Lions sont pris à froid et votre chroniqueur se fait surprendre dès l’engagement par le pressing du très vif n° 10 adverse de petite taille mais heureusement sans conséquence.

 

L’escouade est donnée et Boissy  prend le jeu à son compte et, sur un décalage sur le côté, le milieu offensif s’infiltre dans la défense des Lions pour adresser une frappe de 20 mètres à mi-hauteur. Daniel, installé dans les buts pour suppléer l’absence de Djino est vigilant.

 

Mais petit à petit, les locaux retrouvent leur jeu et se positionnent mieux sur le terrain notamment au milieu où Bruno, Guillaume L et Florent communiquent beaucoup.

 

Derrière,  les vannes se ferment progressivement.

 

Antoine assure l’arbitrage et ne manque pas de sanctionner les nombreux hors jeu adverses mais les visiteurs sont toujours pied au plancher.

 

Puis le jeu des Lions se met en place et  permet d’écarter et de trouver des espaces. Quelques tirs de loin commencent à fleurir des pieds de Bruno et de Guillaume L notamment. Autant de bonnes intentions sans être récompensées. Juste avant la pause, sur une ouverture lumineuse de Nodé  dans l’axe, Thomas récupère le cuir pour aller défier le portier adverse mais l’attaquant léonin ne parvient hélas pas à ouvrir le score. Un pointu aurait suffi…

 

L’essentiel n’est pas là, car, après le repos, les Lions ne relâchent pas leur proie. Les occasions se font de plus en plus nombreuses. Successivement, Nico, Thomas, Quentin n’arrivent pas mettre la balle au fond des filets.

 

La solution ne venant pas des attaquants,  Romain, monté aux avant poste, voit sa frappe des 25 mètres passer au dessus de la transversale.

 

Sur une autre occasion, Nico se présente sur le côté et au lieu de centrer pour Nodé seul au centre devant le gardien adverse, le jeune lionceau manque hélas de lucidité et tente une frappe dans un angle trop fermé.

 

Puis c’est à Benoît de se mettre en évidence sur un très joli dribble en se retournant sur lui même à la Gourcuff, le Président se débarrasse du défenseur et se présente seul face au goal adverse mais ce dernier parvient à détourner sa frappe.

 

Pendant quelques minutes, ensuite, les Lions sont acculés dans leur camp. Mais solidaires et accrocheurs, ils parviennent cette fois à bien bloquer leurs adversaires notamment grâce à Yvan passé à son tour dans les buts.

 

Peu avant que la fin de la rencontre ne soit décrétée par Charles devenu arbitre en seconde période, les Lions parviennent à obtenir un ultime corner. Guillaume Nodé se charge de le tirer. Le ballon, bien brossé, prend à défaut le gardien et se dirige sur la tête de Florent mais, la prometteuse recrue des Lions, ne parvient, hélas pas, à redresser suffisamment la trajectoire. Dommage !

 

Après une dernière frayeur sur coup franc de l’adversaire, le jeu ne reprendra pas. Pour les Lions, c’est un match nul un peu décevant comme celui du PSG face à LYON le week end dernier. Mais, au vu des occasions, de la hargne affichée et du déroulement de la rencontre, c’est encourageant et de bon augure pour la suite du championnat. Les Lions ont bien mieux débuté que la saison dernière.

 

Romain

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 01:07



Belle performance DES lions pour la reprise a la tour eiffeil
Partager cet article
Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 19:58
Voici ma proposition:

Départ – ven. 9 oct. 2009
Air France  
Vol 2124 
Départ : 20h20
Ch. De Gaulle (CDG)
  Arrivée : 21h50
Lisboa (LIS)
  Économique  | Code tarifaire : NCOEUR  | Airbus A320-100/200 (Avion à fuselage étroit)  | 2h30

 Retour – dim. 11 oct. 2009
Air France  
Vol 1925 
Départ : 18h30
Lisboa (LIS)
  Arrivée : 22h00
Ch. De Gaulle (CDG)
  Économique  | Code tarifaire : NCOEUR  | Airbus A321-100/200 (Avion à fuselage étroit)  | 2h30
 
Le trajet est à 176 euros ce jour. ce n'est pas cher du tout car les taxes d'aéro sont à 100.54€ sur cette destination. Il n'y a donc que 75€ de billet pur. En tarif groupe, je vais essayer de négocier autour de  150€
 
ATTENTION qui dit tarif groupe dit que tout le monde doit voler. Donc si une personne ne prend pas le vol on devra payer un supplément.
 
Merci aux Lions qui souhaitent bénéficier de ce tarif de s'inscrire ci dessous et de m'envoyer un chèque de 176 € .Je rembourserai la différence si j'obtiens un tarif de groupe.

Voici mon adresse:

12 rue gramme 75 015 Paris

Je passe la commande jeudi prochain!
 
Partager cet article
Repost0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 11:41
Chers Lions

Merci à ceux qui sont dispo le 27 juin pour le tournoi de bien vouloir vous inscrire directement ci-dessous. Si vous avez un pote de dispo, merci de le faire savoir. Si vous souhaitez venir avec vos gamins pour qu'ils participent au tournoi des jeunes, merci de le pré-inscrire directement sur le blog de tournoi A +  Tom

Blog du tournoi: http://tournoi-justice-football.over-blog.com/
Partager cet article
Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 10:22

 Petits Anges 4-7 Lions de Menilmontant


Vainqueurs 7-4 d’une accrocheuse équipe des Petits Anges, les Lions, nantis de trois recrues potentielles, ont fait preuve d’une belle efficacité offensive en match amical. Une victoire de prestige très encourageante en vue de la saison prochaine.

 

Voués à jouer une grande partie de leur saison en hiver, les Lions se faisaient une joie de disputer quelques rencontres sous le soleil avec des températures plus clémentes en mai et en juin. Pourtant, au moment d’affronter en match amical les Petits Anges en ce lundi 8 juin sur le magnifique terrain du stade Emile Anthoine sous la tour Eiffel, ils ont dû faire face à un déluge digne des plus imposantes forêts équatoriales. Pendant l’échauffement, ce sont des trombes d’eau qui se sont abattues sur la pelouse synthétique.

Fort heureusement, l’eau s’est évacuée facilement et surtout la pluie a cessé peu à peu au moment du coup d’envoi. Ouf… Car, bien qu’amicale, cette partie n’était pas inutile, loin de là. Au lendemain de l’assemblée générale annuelle de Neauphle-le-Vieux (agrémentée des traditionnels match et barbecue), elle a fait office de match de gala à Jo et à Marcellin, respectivement en partance pour Tours et Nantes, mais aussi de mise à l’essai pour trois recrues potentielles, Florent, Noam et Mamadou.

 

Le doublé de Benoît

 

Et, dès le coup d’envoi, les Lions forts de 17 éléments ce soir-là (mais pas de Djino remplacé par le courageux Etienne dans les buts) ont démarré le match tambours battant. Dès les premiers instants, les locataires de la porte de Montreuil n’hésitent pas à exercer un pressing haut pour vite se projeter vers l’avant. Un état d’esprit vite récompensé puisqu’au bout de cinq minutes, Quentin profite d’un centre fuyant côté gauche de Florent pour propulser le ballon au fond des filets. 0-1, la partie ne peut pas mieux commencer. Non content d’une telle entame, les Lions remettent le couvert. A peine 4 minutes plus tard, Guillaume Nodé trouve sur corner la tête d’un Benoît esseulé qui ne se fait pas prier pour exécuter le portier adverse. 0-2.  

En dix minutes, les Lions ont fait la différence. Facile, oui, trop facile même… Car, les Petits Anges n’ont pas terminé en tête de leur poule pour rien. Piqués au vif par les deux buts encaissés, les locaux prennent le jeu à leur compte, se procurant néanmoins peu d’occasions franches. Pour commencer, Etienne n’aura à s’employer que sur quelques centres vicieux. Pendant ce temps, les Lions sont même tous proches de tripler la mise en contre. Sur une ouverture millimétrée de Quentin, Yvan se retrouve seul à l’entrée de la surface de réparation. Malheureusement, une excellente sortie du gardien fait échouer l’action.

Cette occasion se révélera être un premier tournant. Peu à peu, les pensionnaires de la poule D cette saison, reculent face aux coups de boutoir des Petits Anges qui font désormais clairement la loi au milieu. Et, sur un énième centre anodin, Etienne, jusque là impeccable dans les buts, ne peut s’emparer du ballon. Au second poteau, un adversaire, bien placé, n’a plus qu’à pousser la balle au fond. 1-2.

Suite à cette réduction du score, l’équipe léonine a encore du mal à faire surface. Alors que la première mi-temps s’étire, faute d’arbitre et de chronomètre, sur une durée supérieure à une heure, les joueurs de Guillaume Nodé craquent une nouvelle fois. Pressés par les attaquants adverses, Charles ne peut dégager la balle. Le milieu offensif des Petits Anges en profite pour égaliser sans pitié. 2-2, tout est à refaire.

Visiblement, ce n’est pas un problème pour Benoît. Une fois le mauvais quart d’heure des Lions de passé, le président profite d’un centre parfait de Marcellin de la droite du terrain pour ajuster une reprise de volée à dix mètres des buts à mi-hauteur. Le ballon termine au ras du poteau et le gardien ne peut que constater les dégâts. 2-3. Benoît s’offre un doublé, le premier de sa carrière même à sa connaissance.

 

Les cadeaux d’adieu de Marcellin et de Jo

 

Quand survient enfin la mi-temps, les Lions peuvent sourire : ils ont repris les commandes du match. Une bonne tenue confirmée dès la reprise. Les occasions pleuvent. D’abord Florent d’une frappe à mi-hauteur contrée par le gardien, puis Charles d’une tête trop enlevée et Jo d’une magnifique reprise contrée au dernier moment. « Magnifique », l’adjectif n’est sans doute pas assez fort pour qualifier le 4e but des Lions. Suite à un corner de Jo joué en retrait à ras de terre, Yvan déclanche une frappe chirurgicale d’une pureté inouïe en pleine lucarne. « Je n’ai pas le souvenir d’en avoir marqué de plus beau dans ma carrière » lâchera l’intéressé. »

Après ce temps fort, les Bleus marines reculent bien humainement sur le terrain. Et, sur une longue balle mal réceptionnée dans la surface de réparation, les visiteurs s’accordent un penalty bien généreux pour un accrochage quasiment inexistant avec Marcellin. Benoît, auto-désigné gardien pour la deuxième période ne peut que constater la réduction du score. 3-4. La course poursuite n’est pas terminée. En témoigne quelques minutes plus tard l’égalisation des Petits Anges après un décalage au deuxième poteau et un alignement en règle du président.

Les Lions ne s’en laissent pas compter pour autant. Après l’orage, les visiteurs reprennent leurs offensives et leur pressing tout terrain. Sur l’une des occasions léonines, la défense adverse ne parvient pas à sortir la balle. Au point même qu’un défenseur bien mal inspiré ripe son dégagement pour lober son gardien. Les Lions reprennent le large. Quelques minutes, plus tard, Manu n’est pas loin non plus d’inscrire son but d’une reprise redescendant en pleine lucarne. Seulement, cette fois le portier du 15e arrondissement parvient à détourner le cuir. « C’est à croire que vous vous êtes entraînés à tirer toute l’année », assurera tout de même un joueur local dépité après coup.

Les dernières minutes viendront finalement consacrer les deux joueurs pour qui le résultat revêt le plus d’importance, Marcellin et Jo. Marcellin, tout d’abord, d’une percée rageuse transforme la défense des Petits Anges. Grâce à deux contres favorables, mais aussi et surtout à sa hargne parvient à récupérer le ballon pour le catapulter au fond des filets. Deux minutes plus tard, c’est au tour de Jo d’y aller de son but en reprenant avec application une passe de Marcellin. Pour les deux partants, c’est tout un symbole. Un dernier but, une victoire 7-4 de haute volée, une bière pour couronner le tout, bref de quoi être aux anges.

 

Lions présents

Alex

Charles

Romain

JB

Bruno

Yvan

Jo

Benoît

Marcellin

Guillaume Nodé

Manu

Quentin

Etienne

Thomas

 

Recrues testées

Mamadou

Noam

Florent

Partager cet article
Repost0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 12:31

 Lions Menilmontant c/ Racing Club De France 3 à 3

  

Avant-match :

L’émotion était au rendez-vous porte de Montreuil ce lundi pour le dernier match officiel de Marcel et Jo sous les couleurs des lions de Ménilmontant. Les deux milieux de terrain léonins comptaient bien profiter de leur jubilé pour ramener 4 points de plus dans l’escarcelle des bleus marines et se plurent à penser que l’un pût offrir une passe décisive à l’autre, lequel lui rendrait la pareille. Ces confidences d’avant-match ne masquaient pas l’inquiétude d’une équipe, consciente du fait que la rencontre constituait un match piège contre équipe certes mal classée, mais capable de contres redoutables. Cette inquiétude, palpable dans les vestiaires, était d’autant plus grande qu’il fallait entamer le match à 10 avec un Daniel diminué par un blocage du bas du dos. Il fallut donc composer avec un effectif réduit de telle sorte que Manu constituât le dernier rempart d’une défense organisée autour de Charles et Romain en défense centrale, d’un demi Daniel sur le côté droit et d’Yvan à gauche. Bruno, en milieu défensif s’appuierait sur Marcel à droite et Jo à gauche pour lancer les contres léonins tandis que Nico et Thomas devaient alterner appels croisés en profondeur sur les contres et remises en pivots dans les phases offensives. Il était entendu que les deux équipes notoirement fair-play s’auto arbitreraient.

 

1e Mi-temps :

Le ciel est bleu et les oiseaux chantent lorsque Romain déclare le coup d’envoi mais les lions ne sont pas venus pour faire une promenade de santé et après trois minutes de jeu, Bruno intercepte une passe trop molle du milieu du Racing et glisse le ballon côté droit dans la course de Marcel qui profite de l’espace entre les lignes adverses pour porter le danger dans la zone adverse ; libre de marquage, il lève intelligemment la tête et centre en profondeur à l’attention de Jo au deuxième poteau mais l’arrière gauche des bleus et blanc est assez vigilant pour dévier la balle du bout du pied gauche, dégageant du même coup le ballon en corner. Quoi que les débats soient équilibrés, les milieux de terrain des lions se sentent plus fort que leurs adversaires et pêchent par excès de confiance dans leur repli défensif pour s’employer davantage à attaquer. Bruno, puis Charles rappellent les milieux à leurs obligations mais sur une récupération de la défense marine, tous les milieux se ruent vers l’avant et le très fin ailier gauche du Racing intercepte le ballon et le transmet très vite à ras de terre en direction de l’excellent numéro 13, qui seul à 10 mètres des buts décoche sans contrôle une frappe croisée imparable et ouvre le score pour le Racing.

Un peu hagards, les lions subissent le jeu dans les minutes suivantes. Le Racing insiste côté gauche pour faire courir un Daniel, à 25% de ses possibilités et souffrant de plus en plus. Sur un des quelques centres venus de la gauche, le numéro 13 manque de peu le doublé mais sa frappe forte à bout portant est bien boxée par Manu qui sans gants, rappelle aux lions de quel sang ils sont faits : un premier tournant dans le match. C’est à ce moment que là que Daniel, incapable de courir et à peine en état de marcher décide d’abandonner ses dernières forces à l’équipe de son cœur en évoluant en qualité de gardien de but. Benoît, qui vient d’arriver, prend la place de Daniel et Manu vient soutenir les deux attaquants en prenant la place de numéro 10. Les lions sont 11 mais savent leur goal très amoindri.

Cette nouvelle organisation, si elle ne règle pas les manquements défensifs de l’entre jeu a le mérite dynamiser les offensives des lions, très nombreuses en deuxième partie de mi-temps. L’arrivée de nombreuses supportrices mettra du baume au cœur des lions et participera à les relancer dans le match. C’est d’abord Romain qui transmettra un bon ballon à Marcel, celui-ci place une accélération maîtrisée côté droit et centre en profondeur à ras de terre pour Jo, lancé du côté gauche, dans un mouvement étonnamment semblable à la première action du match. Cette fois, le ballon parvient jusqu’au milieu gauche, qui d’un subtil crochet dans la surface élimine le dernier défenseur et s’ouvre le but adverse ; un tir croisé du droit vient conclure un contre rondement mené et replace les lions dans la partie. La rencontre s’emballe alors dans une succession d’attaques de part et d’autre du terrain. Sur deux attaques placées consécutives, les lions manquent de peu de prendre l’avantage. C’est d’abord Nico qui d’une passe lobée sert Manu en pleine course mais la reprise de volée de l’attaquant frôle le poteau droit. Le côté gauche n’est pas en reste avec un ballon relayé par Charles vers Yvan qui déborde, élimine un adversaire, lance Jo du bout du pied par dessus la défense, celui-ci centre tendu du pied gauche mais Marcel, encadré par deux molosses et le gardien de but, ne fait qu’effleurer le ballon de la tête. Sur des contres bien menés,  le Racing sait se montrer dangereux et se procure même de belles occasions dont un face à face de l’ailier gauche avec Daniel qui détournera du pied gauche un tir vicieux en corner dans un réflexe qui laissera l’attaquant pantois. Les acteurs et les spectateurs sentent bien que la partie peut basculer d’un moment à l’autre quand Daniel relance à la main vers Benoît qui passe à Manu au milieu, celui temporise et transmet à Bruno sans contrôle pour Marcel en position offensive qui pour la troisième fois du match sert son copain Jo en profondeur, qui crochète une première fois du pied gauche dans la surface pour éliminer un premier défenseur, feint de frapper, dribble le libéro un peu naïf et pour la deuxième fois s’ouvre le but et aligne le gardien d’un tir croisé imparable. L’action collective est somptueuse. Jo et Marcel jubilent.

Le match s’embrase un peu plus dans un style anglo-saxon, les lions manquent parfois de rigueur mais mettent du cœur à l’ouvrage. Manu hérite d’abord d’un ballon difficile à négocier à l’entrée de la surface. Le petit attaquant, plein de sang froid, se retourne et place un tir qui aurait trouvé le petit filet si le gardien, du bout des gants n’avait pas dévié la balle en corner. Manu tire bien le corner, la défense du Racing par son libéro dégage en catastrophe côté gauche mais Benoît est là pour maintenir la pression, il se saisit du ballon et centre dans le paquet pour le libéro adverse qui dégage de la tête dans l’axe vers un Bruno qui contrôle puis frappe tendu de 22 mètres, le gardien est battu mais le ballon passe à cinquante centimètres du poteau droit. Les attaques des lions sont tranchantes, les contres du Racing sont assassins. Sur une passe trop molle de Jo en retrait dans le camp des lions, c’est d’abord le numéro 13 du Racing qui se saisit de la balle et déborde côté droit pour centrer très adroitement mais Benoît en mauvaise posture et sous la pression de l’ailier adverse trouve des ressources au fin fond de ses tripes pour devancer l’attaquant bleu et blanc et dégager de la tête juste au dessus de ses propres buts. Quelques minutes plus tard, l’intenable numéro 13 déborde encore, Jo lui subtilise le ballon mais hésite à remettre en retrait pour Charles. Le meilleur joueur du Racing profite de la confusion pour lui reprendre la balle, il déborde et c’est cette fois Romain qui défend bien, puis tergiverse, le 13 récupère le ballon et centre trop près du but. Un Daniel en forme s’en serait saisi mais la douleur était trop aigüe pour plonger et l’opportuniste ailier gauche, à bout portant plaçait une tête au ras du sol et propulsait le ballon dans les filets. 2-2.

 

A la pause, les lions étaient contrariés et les défenseurs rappelaient aux milieux leurs devoirs de défense, à juste titre.

Manu et Marcel allaient tourner poste pour poste dans le but d’apporter plus de travail défensif au centre et de percussion côté droit.

 

2e Mi-temps

La recette allait payer en début de période puisque les lions monopolisaient le ballon au milieu et faisaient montre d’une fluidité impressionnante dans les relais. On vit de belles phases à une touche de balle et quelques une-deux dans l’entre jeu. Sur l’une de ces phases de jeu, Yvan lançait adroitement Thomas sur le côté gauche qui à l’angle de la surface de réparation aurait pu centrer dans le paquet mais celui-ci, incrédule, attira un défenseur en feignant de centrer et par ce geste apparemment simple libéra Jo du marquage de son défenseur pour lui proposer de l’extérieur du pied droit un ballon à ras de terre qui le plaçait en position de frappe aux 22 mètres. Il est de rares instants dans la vie d’un homme où il lui suffit pour toucher la grâce d’être comme l’enfant qu’il était au village et qui touchait du doigt les monts et les nuages ; porté par une assurance céleste et certain de son fait, Jo bottait le cuir de l’intérieur du pied droit pour le loger dans la lucarne gauche du but adverse hors de portée d’un gardien ébahi. Un frisson parcouru le stade.

A cet instant, les lions reprennent l’avantage au score et le jeu à leur compte. Si le ciel s’assombrit et si la pluie fait son apparition, le jeu des lions reste lui clair et limpide. Les accélérations de Benoît et Manu sont encore assez franches pour porter le danger dans le camp du Racing, bien regroupé. Nico bénéficie de quelques bons débordements mais la défense du Racing, très dense, lui confisque tous les ballons exploitables. Sur un des centres de Manu, c’est Thomas qui déboule au premier poteau et réussit une Madjer bien contrée par le stoppeur adverse. En retour, les contres ultra rapides du Racing font peur et Romain doit faire valoir sa vitesse de course pour rattraper le rapide avant centre du Racing, parti seul au but sur un long ballon venu de la défense. L’attaquant allait aligner le gardien mais son pied ne trouva rien d’autre que de l’herbe, car la pointe du pied de Romain surgie de nulle part, devança la frappe d’un centième de seconde. Le défenseur signe là une intervention de haut standing dans un style que n’aurait pas renié un certain arrière latéral du Milan AC. Qui a joué au football dans sa vie devine que l’attaquant du Racing, ébahi, aura passé une mauvaise nuit et que Romain a dormi sur ces deux oreilles, fort du sentiment du devoir accompli. Les défenseurs sont en forme, c’est donc au tour de Charles de s’illustrer un peu plus tard en transperçant nettement le milieu adverse, il poursuit son mouvement jusqu’à reprendre de volée un centre haut de Nico du plat du pied gauche à quelques mètres du but mais à bout portant, la frappe a des allures de passe et le gardien s’en saisit sans difficulté. Après 25 minutes en seconde période, les lions peinent de plus en plus à répondre au défi physique imposé par leurs adversaires mais ne flanchent pas. Avec ce qu’il leur reste de force, Marcel et Manu allument quelques belles mèches mais 3 positions de hors jeux successives de Thomas, déconcentré à ce moment de la partie, coupent court aux occasions de faire le break. Sur un contre bien remonté par Benoît et Bruno, Marcel part tout de même lancé plein axe et face à deux défenseurs décoche une frappe terrible à mi-distance à laquelle le gardien bien placé oppose ses deux poings. Les passes étant moins précises et les coups de reins moins vifs, le Racing en profite pour reprendre le jeu à son compte. Sur quelques longs ballons, les arrières léonins sont en difficulté mais Charles, Benoît et Yvan veillent au grain et restent efficaces. Sur leurs récupérations, ils hésitent à jouer en retrait vers un Daniel en quête de paix plus que de ballons, Romain tente le coup sous la pression d’un attaquant adverse mais n’imagine pas que les souffrances de Daniel l’empêchent d’enchaîner deux pas pour se saisir du ballon. L’ailier ne se fait pas prier et on se demande encore comment Daniel, moribond, empêcha l’attaquant de trouver le cadre. Trop handicapé pour poursuivre la partie, Daniel rend les armes à Yvan qui occupe désormais le poste de portier. Nico prend la place d’arrière gauche, ce qui réduit le potentiel offensif des lions et permet au Racing, à onze contre dix, d’accentuer sa domination. Sur une bonne phase de jeu du Racing, le numéro 13 slalome dans la défense côté droit et tire sur la base du poteau : grosse frayeur chez les lions. Le Racing pousse sans arrêt et finira par s’engouffrer dans une brèche quelques minutes plus tard sur une touche en apparence anodine, un milieu profite d’un manque de concentration des bleus marines pour récupérer le ballon dans l’entre jeu et centrer en profondeur par-dessus la défense, qui ne peut que freiner la course du ballon. Le 13, encore lui ne se fait pas prier, allume Yvan de près et envoie le ballon au fond des filets pour offrir à son équipe les 2 points du match nul.

 

Après match.

Après le match, les joueurs rendront hommage à leurs supporters qui n’avaient jamais été aussi nombreux. Dans les vestiaires, Marcel et Jo ne cachent pas leur émotion de quitter le club qui leur apporta tant sur les plans footballistique et financier. Ils mériteront que leurs noms allongent la liste des anciens, maigre compensation. Les conversations allaient bon train en troisième mi-temps. On ne se contentait pas de refaire le match mais on débattait des moments clé de l’histoire d’un club, fidèle à ses racines et qui regarde vers l’avenir sans s’appesantir sur son passé. Chacun repartait en pensant : « Vive les Lions de Ménilmontant ! »

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 12:19


Défaits 2-0 au stade Suzanne-Lenglen dans le XVe arrondissement face à Opel France, les Lions ont pris l’eau en première période avant de se reprendre après la pause.

 

Difficile de rugir tous les lundis. Pour l’avant-dernier match de championnat de la saison, les Lions n’ont pas été gâtés au stade Suzanne-Lenglen, dans le XVe arrondissement. Face à Opel France, une formation athlétique et bien en jambes, l’équipe de la porte de Montreuil n’a pu faire autre chose que de déjouer. Comme au match aller…

Dès le début de la rencontre, les débats s’engagent bien mal. Les Lions se font rentrer dedans sans ménagement par une équipe aussi agressive sur le ballon qu’hargneuse dans les duels. Et, logiquement, les locaux se procurent les trois premières occasions en à peine un quart d’heure. Heureusement, la présence rassurante de Charles dans les buts, en remplacement de Djino absent, semble impressionner les attaquants adverses. Mais ces premiers avertissements sont sans frais. Car, en face, les Lions ont toutes les peines du monde à ressortir proprement le ballon. Passer la ligne médiane balle au pied revient presque à traverser la Seine à la nage. Seul Quentin parvient finalement à s’approcher de la cage adverse. Sans succès.

Sous l’impulsion de ses attaquants au physique de déménageur, Opel, plutôt Oméga que Astra pour le coup, poursuit ses coups de boutoir. A la demi-heure de jeu, le numéro neuf esseulé au deuxième poteau rate même d’un cheveu l’ouverture du score au deuxième poteau. Ce n’est malheureusement que partie remise. Seulement cinq minutes plus tard, ce même avant-centre ne rate pas son face à face avec Charles en parvenant à le lui faire passer le ballon par-dessus son corps pour ensuite conclure tranquillement. 1-0, l’affaire semble bien mal engagée. Et ce n’est pas terminé. Non contents de l’ouverture du score, Opel continue ses attaques en règles. Sur un contre, pas moins de quatre joueurs rouge et noir se retrouvent en surnombre aux abords du but des Lions. Après un cafouillage et un dégagement dans l’axe, l’un d’entre eux n’hésite pas à placer un tir instantané de trente mètres pour battre Charles sorti de ses buts.

A 2-0 à la mi-temps, inquiétude et perplexité se lisent sur les visages léonins.

Qu’importe. L’équipe visiteuse n’a plus rien à perdre. Il faut montrer un visage plus digne et mourir les armes à la main. Les Lions s’escriment à tenir cette ligne de conduite à la reprise. Sous l’impulsion notamment d’un Marcellin très combatif, la partie s’équilibre peu à peu au milieu de terrain. De belles phases de jeu ont même lieu avec des jeux en triangle et des une deux. Conséquence, le portier de la deuxième période, Daniel, a beaucoup moins de travail que son prédécesseur. Problème, pour revenir dans le match, il faut marquer. Pas évident. Les Lions ont beau maîtriser maintenant le ballon, ils ne parviennent que rarement à mettre en danger l’arrière-garde d’Opel. On notera tout de même une grosse occasion dans la surface adverse, ponctuée d’un tir lobé juste au-dessus de Bruno. Marcellin placera, de son côté, un coup-franc un mètre trop haut. Le reste se résumera en frappes trop molles ou trop faciles à capter pour un gardien expérimenté. Finalement, c’est Romain qui, sur une de ses montées tranchantes dont il a le secret, se procurera la meilleure action de but en expédiant un tir croisé en angle fermé sur le poteau dans les derniers instants.

Le coup de sifflet final retentit. Au moins, les Lions auront fait ce qu’ils ont pu. Derrière, hormis quelques corners concédés ou des tirs lointains bien maîtrisés par Daniel, l’incendie de la première période a été éteint. C’est déjà ça de pris. Objectif, maintenant, terminer lundi prochain la saison de la meilleure des façons à domicile face au Racing. Les Lions, pour leur première année dans cette poule D, doivent assurer définitivement leur place de dauphin. Quant au titre de champion, il faudra repasser. Bondy remporte la mise. C’est mathématique.

 

 

Lions présents

 

Charles

Daniel

Romain

Alex

JB

Yvan

Bruno

Marcellin

Nico

Guillaume Nodé

Benoît

Quentin

Manu

Thomas

Partager cet article
Repost0
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 11:32
Chers Lions,

Avant dernier match de la saison lundi prochain contre Opel.
Attention Coup d'envoi à 19h00

Stade Suzanne Lenglen 2 rue Louis Armand

Pour y aller le mieux sortir porte d'auteuil, longer le bd Excelmans, fin
pont garibaldi à droite, à la station essence à gauche et ensuite à droite
et vous arrivez du bon côté du stade

Romain
Partager cet article
Repost0
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 21:22

Blason de Neauphles

RV  le dimanche 7 juin prochain à  10h30/11h à Neauphle pour le match contre l'équipe de Costa et le barbecue traditionnel.
 Pour ceux qui peuvent ramener quelque chose ( picole, bouffe ou autre..) ou qui cherche un covoiturage merci de le préciser ci-dessous

Itinéraire:
Pour vous rendre à Neauphle le Vieux de Paris, 35/40kms, 30 minutes environ...
Sortir Pte d'Auteuil et prendre l'A 12 direction ROUEN puis suivre la direction DREUX et rejoindre la N12 toujours direction DREUX.
Sortir à la sortie Neauphle le Chateau, Jouars Pontchartrain, et prendre la D134 puis toute de suite au rond point à gauche direction Jouars Pontchartrain, traverser Jouars Pontchartrain et continuer tout droit pendant 2/3 kms.
Au rond-point du Pontel continuer tout droit et prendre la sortie NEAUPHLE LE VIEUX sur la droite et
suivre la D34 pendant 1/2 kms.
A NEAUPHLE LE VIEUX prendre à droite et faire 300 m, la maison  n°23 (Portail Vert) se situe après le
virage à côté du lavoir...
Partager cet article
Repost0
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 18:44

Un match amical opposera le lundi soir 8 juin les petits anges, équipe en vue d’un championnat du lundi soir, aux redoutables lions de Ménilmontant, équipe en vogue d’un autre championnat du lundi soir

 

Le lieu en passe d’être réservé par les anges sera confirmé dès que possible en même temps que l’heure du début de la rencontre.

Partager cet article
Repost0